Cine Qua Non

Cinéma

01 avril 2014

la Belle et la Bête

de Gary Trousdale et Kirk Wise 
(sortie: 1992)

Scénario de Roger Allers, Lida Woolverton, Rob Minkoff & Chris Sanders

b1

B2

B3

Belle, une jeune villageoise un peu rêveuse part à la recherche de son père qui n’est pas revenu depuis quelques jours. Elle arrive alors dans un château qui  semble abandonné…

{La mort de la Bête}

     Parler des scènes de cinéma qui m’ont marquées suppose de parler de mon premier souvenir dans une salle obscure. J’ai donc décidé aujourd’hui de vous parler de la Belle & la Bête de Disney, un de mes dessins animés préférés et surtout mon premier souvenir et mon premier gros chagrin de cinéma. Pourquoi? Tout d’abord, il faut savoir que la Belle est l’héroïne Disney à qui je m’identifiais le plus étant petite. C’est une des seules héroïnes qui n’est pas blonde, hyper naïve et princesse au départ ce qui aide pour l’identification. Et puis, je me retrouvais dans son caractère un peu rêveur, la tête souvent dans les bouquins etc… Et enfin, elle a un caractère un peu volontaire, effronté et moins nunuche que les autres qui me plaisait. Bref, selon mes parents, la Belle et la Bête est le deuxième film que je suis allée voir au cinéma après le triomphe de Babar mais si je ne garde aucun souvenir de la séance ce dernier, c’est tout le contraire pour le Disney. Cela a été une séance dramatique pour moi et … mes parents.

    Les deux premiers tiers du film se sont correctement déroulés. Certes, j’ai eu un peu peur la première fois que la Belle entre dans le château de la Bête mais rien de grave. Et arrive le troisième tiers du film et cette scène fatidique de la mort de la bête (notez bien que je dis la mort et non la transformation). Tout au long du film, on s’attache au caractère rustre de cette créature poilue mais pas si méchante que ça au fond. Et voilà que le Gaston veut sa peau. La bête finit par mourir d’épuisement. Alors , cette scène autant le dire, je l’ai vécu comme un vrai drame. Les larmes ont commencé à couler et puis j’ai éclaté en sanglot tellement fort que mon papa a été obligé de me sortir de la salle. Les agents de caisse ont demandé ce qui n’allait pas ce à quoi mon père leur a répondu qu’il n’y avait rien de grave et qu’on était juste arrivé au moment où la bête va mourir.  Et là, il s’adresse à moi en me disant qu’il ne faut pas que je pleure parce que la bête se transforme finalement en prince. On rentre de nouveau dans la salle, on se rassoit et je découvre , toujours les larmes aux yeux, la transformation de la bête et là… vision d’horreur !!

    Il faut bien le dire, le prince de la Belle et la Bête est un des héros les moins réussis des films Disney. Autant dire que je n’ai jamais retrouvé le caractère et le charisme  de la Bête dans cet éphèbe aux cheveux longs et blonds et aux yeux bleus niaiseux … D’ailleurs, même la Belle met du temps à le reconnaitre, c'est dire... Là, je me tourne vers mon père et lui dit: « Mais il est pas beau le prince !! » Le jugement des enfants est parfois  cruel …

 

voir  la scène

 

 

Posté par zaboue à 15:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire