Cine Qua Non

Cinéma

29 janvier 2013

Peau d'âne

de Jacques Demy ( sortie: décembre 1970)
Scénario de Jacques Demy

1079114095

Avant de mourir, une  reine demande à son roi ( Jean Marais) de se remarier  à condition que ce soit une femme plus belle qu'elle. Malheureusement, une seule jeune femme correspond à cette dernière volonté: sa propre fille (Catherine Deneuve). Celle- ci, face aux empressements de son père et suivant les conseils de la fée sa marraine ( Dephine Seyrig) , décide de fuir du château vêtue d'une peau d'âne...

 

     La recette d'un film charmant... C'est grâce à la nouvelle génération de réalisateurs  comme Christophe Honoré ou Valérie  Donzelli qui se disent inspirés  du travail de Jacques Demy que je me suis décidée, il y a quelques temps, à enfin connaitre la filmographie de ce réalisateur. Et ça a mal commencé, j'ai moyennement , voire même pas du tout aimé les parapluies de Cherbourg. Le fait que toutes les répliques soient chantées m'a vite ennuyé et même agacé. Il y a des limites quand même , vous avez déjà chanté vous pour réclamer du sel et du pain à table? Et puis merde, c'est quoi ces manières?  On ne lui a jamais dit  qu'on ne  chantait pas à table? Bref,entre moi et l'univers de Jacques Demy , ce n'était pas gagné.  Et pourtant, j'avais bien aimé l' histoire, une histoire d'amour qui, pour une fois,  finit mal. Quelques mois ont passé et j'entends encore parlé de ce cinéaste français et d'un autre de ses films Peau d'âne.Je récidive,  me laisse donc encore convaincre et... j'ai bien fais. Peau d'âne est doublement plus kitch que Les parapluies de Cherbourg  de par ses costumes  (cela dit très beaux), ses décors en carton pâte, ses personnages  loufoques et le réalisateur semble l'avoir totalement assumé. Jacques Demy reviste à sa manière le conte de Charles Perrault et ne se prend pas au sérieux. Son film ne manque pas de fantaisie, de poésie. Le ton est décalé. En témoigne l'arrivée de la fée marraine et du roi en hélicoptère au mariage de Peau d'âne et du prince ( parce que oui, contrairement aux Parapluies de Cherbourg, c'est une histoire qui finit bien comme tout conte de fée) . Et la musique alors? Bizarrement, elle est aussi présente mais elle m'a moins dérangée. Au contraire, elle participe au charme du film. Je me suis même surprise à chantonner la recette du cake d'amour...

Peau d'âne est donc le film qui m'a réconcilié avec l'univers de Jacques Demy... quoiqu'il me reste encore  à voir Les demoiselles de Rochefort et Une chambre en ville...

*

peau d'âne

 

Posté par zaboue à 11:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Bonjour Zaboue, ce film est une réussite absolue: les décors, les costumes, la musique, les chansons. Je suis assez vieille pour avoir vu ce film quand il est sorti. Je me rappelle l'avoir vu deux fois. Et je le revois chaque fois avec le même plaisir. C'est le seul J. Demy que je trouve très bien. Bonne après-midi.

    Posté par dasola, 01 février 2013 à 15:49
  • Un film qui a la saveur de la poésie et de l'enfance

    Posté par Wilyrah, 03 février 2013 à 20:54

Poster un commentaire